Publications > Textes libres > Le souvenir

Dernière mise à jour : 30/03/2014

Télécharger tous les textes au format PDF

Présentation

Texte travaillé en atelier d'écriture.

Le souvenir

Cécilia rapprocha son téléphone vers ses yeux et essaya de relire le message. Mais les lettres du petit écran dansaient comme des feuilles dans le vent. Elle attendait cette déclaration depuis longtemps, et maintenant que Jacques avait fait le pas, elle comprenait que cette relation était tout bonnement impossible. Oui, cet homme était d'une gentillesse infinie. Mais il avait l'âge qu'aurait eu son fils. Elle posa le téléphone sur son bureau et recula son siège. Son ventre était chaud, mais d'une chaleur froide et sans réconfort. Elle défit un bouton de sa chemise et engagea la main dans l'ouverture. Elle ferma les yeux et son pouce entama de petits cercles autour du nombril. Son ancien compagnon n'avait jamais quitté son esprit, et elle sentait encore sa présence, comme un fantôme lié à elle pour l'éternité. Dans la pièce, la température avait chuté. Cécilia caressait maintenant son ventre, mais ce n'était pas sa propre main qu'elle sentait. Non, elle ne devait pas le laisser revenir. Pas maintenant. Elle s'opposa à ces mouvements étrangers, mais le froid, ce froid qu'elle connaissait si bien, était bel et bien présent et elle savait ce qu'il annonçait. Le téléphone sonna. Elle avança son siège et inclina l'appareil. Jacques ! A cet instant, ce qu'elle redoutait lui arracha un cri de douleur et l'appareil tomba sur la table. La douleur était intense, elle avait l'impression que des pics glacés la transperçaient de part et d'autre. Au fil du temps, son aptitude à retenir un cri s'émoussait, et elle eut peur qu'on l'entende. Elle plaça sa main devant sa bouche et laissa glisser un gémissement sourd. Non, elle n'irait pas consulter. Le téléphone sonnait toujours et elle le reprit. Mais un pic plus affûté que les autres remua dans ses entrailles et sa main se détacha de sa bouche.
- Non !
Le téléphone vola dans les airs et termina sa course sur le sol. Le message sur l'écran se tinta de tâches noires avant de disparaître.