Divers > Merci aux auteurs...

Dernière mise à jour : 30/10/2011

Voir aussi Attrait des revues électronique

Oui, merci !

 
lecteur_revue_qui_ecoute_musique.gif Je ne sais pas trop comment adresser mes remerciements à toutes ces personnes qui ont écrit ou qui vont écrire tant de choses interressantes dans les livres et dans les revues spécialisées, et dont je me suis abreuvé (et continue de m'abreuver) au fil des ans, depuis mon plus jeune âge.

Livres, revues, articles techniques, idées personnelles, coups de gueule et propos divers... Autant de lignes de texte qui m'ont permis d'aiguiser ma soif de connaissances, de regarder les choses autrement, d'apprendre que les choses compliquées ne le sont en réalité pas du tout. Et surtout de comprendre que sa propre liberté dépend étroitement de ce qu'on apprend au travers des livres !

Le transfert du savoir... pas toujours simple !

Certains auteurs ont ce don de savoir transmettre leurs connaissances, de partager leurs émotions, d'inventer des mondes que nous lecteurs nous complétons à notre guise. Et bien plus important à mes yeux, le don de donner envie d'aller plus loin.

Lecture et électronique
Certains professeurs de cours techniques que vous avez peut-être connus (ou que vous subissez peut-être aujourd'hui) se barricadent derrière des rideaux de formules mathématiques, et arrivent à vous convaincre mordicus que l'assimilation desdites formules est une condition vitale pour réussir dans l'électronique. "Une élite ne peut se former qu'à base de queues de singe (intégrales)". Contre ça je m'insurge, tout comme l'a fait Jean-Pierre Oehmichen à son époque, pas si lointaine. L'electronique ne s'apprend pas avec un instructeur qui essaye de nous convaincre que les choses de l'électronique sont très complexes et qu'il faut beaucoup de temps et de courage pour y arriver. Elle s'apprend avec l'esprit de découverte, l'acceptance de l'echec (qui n'est pas forcement de notre fait, voir page droit à l'erreur ?) et l'idée première que si les choses sont compliquées, c'est surtout en apparence. La difficulté d'un système ou d'un schéma électronique est très difficile à définir, tant elle dépend des connaissances déjà acquise, et de la façon dont on regarde les choses. Tout instructeur ou formateur doit en premier lieu informer ses élèves ou ses stagiaires, que les choses sont simples si on ne les pense pas compliquées. Dans le monde de l'électronique, il est fréquent qu'un montage "touffu" devienne lisible dès l'instant où on le décompose en petites parties. Une tranche de jambon est plus facile à mettre dans la bouche qu'un jambon entier. Votre boucher ne vous dira pas qu'il faut tenter d'avaler le jambon d'une seule pièce, car cela lui ferait de la peine de ne plus vous revoir.

Lecture et vie dans le monde
Bien entendu, tous les livres ne parlent pas d'électronique. Je prend un plaisir immense à lire depuis que je suis tout petit, peut-être même depuis un âge si bas que je ne m'en souviens même pas. La lecture fait partie de ces petites choses qui donnent un sens réel à la vie. Elle nous apporte tristesse, joie, surprises et réconfort. Et comme le font aussi remarquer d'autres auteurs, plus je lis et plus j'ai envie d'écrire. Je me demande ce qui au fond de nous nous pousse ainsi à une telle "reconversion". Transfert d'un mot-clé pour la génération suivante, peut-être ?

Il faut (aimer) lire

Comme pour tout sujet, il faut avoir envie de lire. C'est pareil pour les romans, les livres de science fiction, les policiers, les revues d'électronique... On a le droit de commencer et de s'arrêter où l'on veut, quand on veut. On a le droit de ne pas finir un livre, on a le droit aussi de le relire plusieurs fois. J'ai énormément lu et je lis toujours beaucoup (voir page Librairie technique pour la partie électronique).

librairie_tech_001
Séance tri avant rangement...

C'est une de mes passions, je sais que je vais toujours apprendre (ou ré-apprendre) quelque chose. Des livres, des revues (plusieurs centaines) et maintenant des pages HTML car il faut vivre avec son temps. Je suis heureux, car quelque soit le support employé, on trouve toujours des gens passionnés qui ont envie de communiquer et qu'on arrive à comprendre. C'est à tous ces gens qui ont pris, prennent ou prendront le temps d'écrire "bien" (c'est à dire du fond de leur coeur) que j'adresse mes plus sincères remerciements. Car écrire demande énormément de temps, surtout si on a la volonté réelle d'être bien compris. J'en ai une certaine notion.

Les livres... et les enfants

Ma femme et moi attachons une grande importance à la lecture à laquelle ont accès nos enfants. Nous savons l'importance (l'influence) qu'elle peut avoir sur leur comportement de tous les jours (je suis en colère, je lis. Il pleut des cordes, je lis. Je m'interroge, je lis). Et sur leur avenir. Nous sommes pour les abonnements et nos enfants sont régulièrement abonnés à une revue ou à des livres. Nous renouvellons tous les ans nos cartes d'abonnement de la médiathèque de notre ville, et le maximum de livres empruntables est toujours atteint, semaine après semaine. 

divers_lecture_001e divers_lecture_001f divers_lecture_001g divers_lecture_001h divers_lecture_001i

Il n'est pas un seul jour sans que nous ne prenions le temps de lire un ou plusieurs livres à un ou plusieurs de nos enfants. Parfois ils veulent qu'on leur fasse la lecture (souvent en début d'après-midi et bien sûr le soir avant d'aller au lit), mais il arrive aussi que tel ou tel autre préfère regarder un livre dans son coin, en laissant toutefois parfois pencher une oreille pour l'histoire racontée à côté. On ne sais jamais... Bien qu'en règle générale pas vraiment conseillé (surtout dans une famille de sept personnes), nos toilettes ont aussi leur lot de bouquins de tous poils.

divers_lecture_001a divers_lecture_001b divers_lecture_001c divers_lecture_001d

L'idée générale que nous entretenons chez nous est qu'on peut lire ce qu'on veut quand on veut. Loin de nous l'idée d'imposer une lecture ou un auteur, cela nous semble tout bonnement ridicule. Obliger un enfant à lire ? Quelle drôle d'idée, quand on sait qu'il n'y a pas besoin de le forcer pour qu'il y prenne goût tout seul. Pousser à lire tel genre ou tel auteur ? Là encore quelle idée saugrenue. Les enfants sont tout autant capables que nous adultes, de faire le tri dans ce qui les intéresse et de rejeter ce qui ne les inspire pas sur le moment. Bien sûr qu'on leur impose des lectures à l'école, mais l'école a aussi son rôle à jouer de "dictateur doux". Moi-même ait découvert à l'école des auteurs qui ne me passionnaient pas étant gamin, et que j'ai su apprécier plus grand (quand j'y repense après, je me demande pourquoi j'ai cherché à relire un livre que je n'avais pas aimé, à fortiori il aurait pu me dégoûter d'y retoucher). Pour ce qui est de la lecture dans les "petits coins", nous avons volontairement placé un peu de tout : des dictionnaires, des livres de mots (excellent Claude Gagnière), des revues d'électronique, des guides du routard, des livres sur la musique, des livres de poches, etc. Cela permet d'offrir un certain choix, même si évidement on ne peut rivaliser avec les bibliothèques municipales. Nos enfants ont envie de lire tel ou tel livre "d'adulte" ? Qu'ils prennent donc le livre et découvrent eux même si le contenu peut les intéresser. Ce n'est pas le cas ? Qu'importe, puisqu'il y en a tant d'autres à découvrir ! Nous ne sommes pas de ceux qui cherchons à se hisser en haut de l'étagère, à exhiber un savoir que d'autres n'ont pas. Là n'est pas du tout la question. J'en connais qui ont des livres étalés sur des centaines de mètres d'étagères courant le long de tous les murs de la maison, mais qui ne savent pas "promouvoir" leur trésor : "Non ! Ne touche pas ce livre, tu es trop petit !". Bah tien ! Notre petite Adèle, quand elle avait 6 ans, feuilletais consencieusement un de mes épais livres d'électronique, un recueil de correspondances entre références de composants électroniques (utile pour les dépannages). Le livre en question était farci de colones emplies de chiffres et de lettres, pas un seul dessin ou photo ne venait egayer le tableau. A ma question "Tiens, tu trouves ce livre intéressant ? Il n'y a aucune image, pourtant." elle me répondit le plus sérieusement du monde : "Bah si, regarde..." et elle me présenta illico la seule page du livre où on voyait des indications de brochage de différents transistors... Cherchait-elle d'autres images ? Je ne saurais le dire. Mais je suis quasiment sûr d'une chose : si elle n'avait pas trouvé là-dedans quelque chose qui la motivait, elle aurait aussitôt remis le livre en place sur l'étagère.

Vous pensez à quelqu'un de particulier ?

Il est toujours un peu difficile de citer des noms, car on pourrait donner l'impression que ceux qui ne sont pas cités valent moins. Mais je dois avouer que quelques auteurs ont tout de même plus retenu mon attention que d'autres, sans vouloir parler (j'insiste) de "préférence". Dans le domaine de l'électronique qui me passionne, merci en particulier à Jean-Pierre Oehmichen, à Robert Piat, à Henri Schreiber, à Roger A. Raffin (difficile à louper, celui-là), Christian Tavernier, Eugène Aisberg...
(tous registres confondus : Préférences audiovisuelles)