Electronique > Bases > Batteries et accus

Dernière mise à jour : 03/02/2013

Présentation

On trouve sur le Net une très grande quantité d'informations concernants les accus (accumulateurs) et batteries, ainsi que sur les chargeurs (du commerce ou à faire soi-même).

accus_chargeurs_001a

La plupart du temps, les recherches que nous (utilisateurs ou acheteurs en devenir) effectuons, concernent les bons principes de charge (et/ou décharge) liés à la bonne tenue des accus dans le temps. Car quand on décide d'investir dans des accus à la place des piles, on espère justement que cela dure longtemps. Si on accepte de payer un accu trois à dix fois plus cher (par rapport à une pile non rechargeable), c'est bien parce que sur le long terme on espère que la dépense totale sera moindre. C'est bon pour le portefeuille, mais aussi pour la planète, dit-on. Si pour les accus on n'hésite peu à mettre la main à la bourse, il n'en va pas toujours de même pour le chargeur, indispensable bien sûr mais dont la tâche peut sembler "secondaire". Et pourtant... un "mauvais" chargeur (entendez un chargeur premier prix) n'est pas forcément une bonne solution, sauf si on se contente de penser que l'économie réalisée avec des accus qu'on pourra charger 50 ou 100 fois est suffisante.

Eléments séparés et packs
Quand on parle de batterie ou d'accu, on peut sous-entendre "élément de base" ou "pack". Le terme "accu" signifie "élement de base" (par exemple accu LR6 1,2 V) et le terme "batterie" signifie "ensemble d'éléments de base" (par exemple batterie au plomb de 12 V pour voiture, qui contient six éléments de base de 2 V, ou pile rectangulaire "6F22" rechargeable qui contient six élements de base de 1,2 V). Ne pas confondre le terme français "batterie" avec le terme anglophone "battery" qui désigne une pile (non rechargeable). Dans le texte qui suit, nous utiliserons le plus souvent le terme "accu" comme terme générique qui désigne un élément qui peut être rechargé un certain nombre de fois.

Avertissements

Je ne suis spécialiste ni des batteries ni des accus, et encore moins des chargeurs ! En fait je ne suis spécialiste de rien. Je me suis simplement contenté de synthétiser les infos qui pour moi me semblaient importantes. La réalisation artisanale de chargeurs est possible, je propose d'ailleurs sur ce site quelques schémas qui peuvent convenir pour des accus Ni-Cd (voire pour des Ni-MH mais à vos risques et périls). Si vous voulez fabriquer vous-même un chargeur d'accus, je vous recommande vivement d'utiliser des circuits spécifiquement dédiés à cet usage. Le simple bloc "transfo d'alim + diode de redressement" ne suffit pas ! Pour les accus Li-Ion c'est encore plus risqué, vous devez impérativement utiliser des circuits de charge évolués sous peine de faire exploser le matériel et de blesser l'utilisateur. Pour ma part j'ai un peu travaillé sur les circuits de charge et de monitoring (BQ3060 et BQ24725 de Texas Instrument, pilotage via liaison SMBUS) et je peux dire que question simplicité on est loin des accus au plomb !

Calcul rapide...

Voici une comparaison rapide (janvier 2013) qui pourrait convaincre ceux qui ne sont pas encore persuadés du bienfait des accus par rapport aux piles. Supposons que vous possédiez un jouet ou un ustensile qui sert souvent et qui impose un remplacement fréquent des piles. Faisons un bref comparatif de coût de revient avec des piles et avec des accus "premier prix" ou de "bonne qualité", au nombre de quatre et au bout de 10, 20 et 50 cycles (notez qu'on n'inclue pas la consommation d'électricité demandée pour la charge des accus, qui reste très faible par rapport au coût des piles ou accus eux-mêmes).

Accus/piles Chargeur Total x10 x20 x50
4 piles saline LR6 "premier prix" 2 € - 2 € 20 € 40 € 100 €
4 piles alkaline LR6 "de marque" (1) 5 € - 5 € 50 € 100 € 250 €
4 accus LR6 (2) + chargeur "premier prix" 5 € 10 € 15 € 15 € 15 € 15 €
4 accus LR6 (2) + chargeur "de marque" 15 € 50 € 65 € 65 € 65 € 65 €
(1) Panasonic, Duracell, Sony, etc. Bien entendu les prix varient selon les vendeurs, j'ai fait une "moyenne".
(2) Modèles 2000 mAH GP pour le premier prix. Sanyo, Panasonic ou Sony pour les autres marques.

Premier constat : même si le nombre de cycles de charge / décharge n'atteint pas les 1000 souvent annoncés (presque 3 ans à raison d'une charge par jour), l'achat des accus et du chargeur est rapidement amorti.
Deuxième constat (basé sur le premier) : pourquoi ne pas se focaliser sur les accus et chargeurs premier prix, vu que le retour sur investissement est fait au bout de 10 cycles ? La réponse tient en un mot : confort. A capacité égale et à courant de décharge égal, les accus premier prix tiennent la charge moins longtemps. Cela peut très bien n'avoir aucune importance pour certaines applications et vous en serez alors fort content. Pour des usages plus intensifs, plus réguliers et surtout plus professionnels, des accus qui durent plus longtemps et dans lesquels on place une plus grande confiance sont préférés.

Conseils d'ordre général

Les infos qui suivent sont valables pour l'ensemble des accus de toutes marques et tous types (plomb, NiCd, NiMH, etc).

Tension réelle
La tension nominale des accus Ni-Cd et Ni-MH au format LR3, LR6, LR14 ou LR20 est souvent de 1,2 V, alors que celle des piles ordinaires (saline ou alkaline) est de 1,5 V. On peut à juste raison se demander comment un appareil qui réclame 8 piles LR6 ordinaires (8 x 1,5 V = 12 V) va se comporter avec 8 accus de 1,2 V (8 x 1,2 V = 9,6 V), car la tension obtenue avec des accus peut en effet sembler trop juste. En réalité, ça se passe bien la plupart du temps, pour deux raisons :
- premièrement, parce que l'appareil accepte encore de fonctionner quand les piles normales s'usent et que leur tension unitaire chute à 1,2 V voire 1,1 V (il a été conçu pour tenir compte de cette chute de tension progresssive).
- deuxièment, la tension réelle d'un accu bien chargé est supérieure à 1,2 V, il n'est pas rare qu'elle atteigne 1,4 V.
Remarque : certains équipements électroniques permettent de spécifier si on a affaire à des piles ordinaires ou à des accus (c'est le cas par exemple de mon Tascam DR100). Cette information fournie par l'utilisateur permet à la machine de donner une information plus pertinente du taux de charge actuel et également de placer le seuil d'alerte "tension faible" au bon endroit, pour une alerte au bon moment.

Capacité (en mAh ou Wh)
La capacité qui est exprimée en mAh (ou en Ah ou Wh pour les gros modèles) donne une idée de l'autonomie permise par des accus pour un courant de décharge donné (courant consommé par l'appareil dans lequel l'accu se trouve). On peut dire pour simplifier qu'un accumulateur de 2000 mAh peut débiter 2 A pendant une heure ou 200 mA pendant 10 heures. Dans les faits, ce n'est pas si simple, et on peut observer une autonomie supérieure quand le courant de décharge est faible par rapport à la capacité annoncée (un accu 2000 mAh auquel on soutire un courant de 200 mA peut présenter une autonomie bien supérieure à 10 heures). Il peut exister des différences importantes entre des accus de marques différentes, pour une même capacité et pour un même courant de décharge. Ainsi, un accu de marque "V" donné pour 2700 mAh peut très bien présenter une autonomie inférieure à celle qu'offre un accus de marque "S" donné pour 2000 mAh. A noter que certains fabricants indiquent une capacité minimale garantie, qui est souvent inférieure à la capacité nominale (cas d'une des générations des Eneloop de Sanyo sur lesquels figurait l'indication 1900 mAH min. alors que l'accu était donné pour une valeur nominale de 2000 mAh). Le lien suivant donne quelques infos utiles fournies par les utilisateurs d'accus (les mesures de capacité affichées sont obtenues avec des chargeurs évolués) :
http://www.editgrid.com/user/math466/Capacit%C3%A9_accus

Auto-décharge en cas de non-utilisation
Certains accus se déchargent plus vite que d'autres quand ils ne sont pas sollicités, et cette particularité de se vider d'eux-même s'appelle l'auto-décharge. Certains accus (Sanyo Eneloop par exemple, il y en a d'autres) peuvent tenir correctement la charge même quand on ne s'en sert pas. Enfin quand on dit tenir la charge, cela veut dire qu'ils ne se déchargent pas trop vite. Certains accus non utilisés peuvent se décharger en deux ou trois semaines (c'est le cas de mes accus Varta Professionnal 2700 mAh, mes Varta ReadyToUse 2300 mAh se comportent un poil mieux), alors que d'autres conservent encore au moins 80% de leur charge au bout d'un mois (c'est le cas de mes Sanyo Eneloop 2000 mAh). Cette caractéristique de faible valeur d'auto-décharge permet l'usage de ces accus dans des appareils qui consomment "peu" (en regard de la capacité de l'accu), comme les accessoires ou périphériques sans fil (clavier, souris ou autre). On pourrait aussi envisager de les utiliser dans des horloges, téléphones sans fil ou télécommandes de télé ou lecteur de DVD, mais pour ce dernier exemple je pense que ça vaut plus le coup si en temps normal vous devez vraiment changer les piles trop souvent (au moins deux fois par an).

Attention aux appareils qui consomment même éteints !
Je me suis fait avoir deux fois. Deux sets d'accus HS à cause d'une décharge profonde, ils n'avaient pas encore subit cinq cycles de décharge / charge ! Pourquoi ? Parce que j'ai eu la bonne idée de les laisser dans des appareils audio portables qui consomment pas mal de courant même quand ils sont éteints (Zoom H2 et Tascam DR100). Evidement maintenant je retire les accus de leur compartiment quand je ne me sers pas de ces appareils. C'est bien de lire dans les manuels des trucs du genre "retirer les piles ou les accus si vous ne vous vous servez pas de votre appareil pendant longtemps". Mais ça veut dire quoi, longtemps ? Pour moi, deux semaines, ce n'est pas si long... Alors attention à ces appareils électroniques qui n'ont pas de vrai interrupteur et qu'on met en route avec un bouton poussoir qu'on doit maintenir enfoncé pendant un certain temps pour allumage ou extinction.

Nombre espéré de cycles de charge
On lit souvent que tel ou tel accu peut être rechargé 500 fois, 1000 fois ou même 1500 fois. Cela n'est bien sûr possible que sous certaines conditions d'utilisation, faciles à reproduire en laboratoire mais pas vraiment "reproductibles" sur le terrain. Plusieurs critères doivent être respectés pour une durée de vie maximale des accus.
Ne négligez pas l'aspect "bon chargeur". Un chargeur économique à 10 euros, comparés aux 30 à 50 euros (ou plus) d'un chargeur sérieux, vous le fera payer à petit feu, sur vos accus, et de façon sournoise (vous ne vous vous en rendrez compte qu'au bout d'un certain temps). Sans compter que les chargeurs sérieux offrent parfois une fonctionnalité intéressante : celle de remettre (un peu) sur pied un accu qu'on croyait définitivement mort. Le procédé de "résurection" ne fonctionne pas toujours mais si on arrive à récupérer quelques centaines de mAh, c'est toujours ça de gagné. Pour ma part, je me suis équipé de deux chargeurs Powerex MH-C9000 en plus de mes chargeurs standards (qui du coup ne me servent plus beaucoup). Le soin à apporter au choix du chargeur est encore plus vrai pour les accus de type Li-Ion ou Li-Po, dont le nombre de cycles charge / décharge est plus faible et peut descendre sous la barre des 50 en cas d'utilisation d'un chargeur médiocre.

Mélanges d'accus différents dans un même appareil
De même qu'on ne doit jamais mélanger des piles différentes (ou des piles identiques mais des usées avec des neuves), il en va de même pour les accus. Les accus installés dans un appareil doivent être de même marque, même type, même capacité et même niveau de charge. Ce dernier point est important : si un accu vide se trouve en série avec plusieurs accus pleinement chargés, celui qui est vide peut être irrémédiablement endommagé. Si comme moi vous disposez de plusieurs jeux d'accus pour en avoir toujours des prêts à l'emploi quand ceux qui servent sont déchargés, pensez à les marquer par "groupes" (au feutre indélébile ou avec une étiquette sous un bout de scotch). Pour ma part, je dispose de boîtes et sachets sur lesquels j'ai noté "Chargés" et "A charger".

Reconditionnement (récupération) d'accus à performances dégradées
Plusieurs causes peuvent conduire un accu à ne plus pouvoir "tenir la charge". Courant de décharge profond, charges répétées avec un courant trop élevé, ou encore longue période de non utilisation. Dans certains cas, il est possible de "récupérer" un accu dont les performances sont fortement dégradées. Tout du moins est-il possible de déterminer si oui ou non il doit être considéré comme irrécupérable. La méthode décrite ci-après est celle adoptée par un fabricant de chargeurs évolués, mais elle peut être suivie de façon manuelle avec les moyens du bord. Attention, la méthode décrite ci-après demande du temps, plusieurs jours d'affilé !
1 - Recharger l'accu sous un courant de C/10 (0,1x capacité nominale, par exemple courant de charge de 200 mA si accu 2000 mAH) pendant 14 heures.
2 - Retirer l'accu du chargeur et le laisser reposer pendant deux heures.
3 - Décharger l'accu sous un courant de décharge de C/10.
4 - Laisser reposer l'accu pendant deux heures.
5 - Recharger à nouveau l'accu sous un courant de C/10 pendant 14 heures.
Répeter cette opération (étapes 1 à 5) une à trois fois. Oui, c'est long ! L'idéal est de pouvoir mesurer le temps de décharge requis à chaque opération, pour voir s'il y a une évolution favorable (augmentation capacité) entre chaque. Si la capacité réelle est toujours très faible au bout de la troisième opération, poursuivre comme suit :
6 - Recharger l'accu sous un courant de C/10 pendant 16 heures (il peut chauffer, c'est normal).
7 - Retirer l'accu du chargeur et le laisser reposer pendant une heure.
8 - Décharger l'accu sous un courant de décharge de C/5 (0,2x capacité nominale).
9 - Laisser reposer l'accu pendant une heure.
10 - Recharger à nouveau l'accu sous un courant de C/10 pendant 16 heures.
Si après ça la capacité réelle de l'accu a augmenté d'au moins 10%, répéter la seconde opération (étapes 6 à 10) une à trois fois. Dans le cas contraire, il se peut fort que vous n'ayez plus beaucoup à attendre de cet accu.
Remarque : ces (longues) opérations peuvent être automatisées avec certains chargeurs évolués, qui proposent d'origine des fonctions de type "Refresh" ou "Break-In".
J'ai utilisé ce mode pour voir ce qu'on pouvait espérer de mes anciens accus qui ne tenaient plus la charge, et j'ai été assez surpris du résultat. Autant pour mes LR3 Varta que je croyais irrécupérables (le chargeur Varta qui était livré avec refusait simplement de les charger), que pour les Vanson économiques que je gardais par nostalgie. Ces derniers sont désormais utilisés dans un petit ordinateur pour enfant dont le jeune propriétaire est tout fier d'avoir à charge la gestion des recharges.

Batteries au plomb

Choix assez restreint mais coût assez bas. Largement utilisées pour le démarrage des moteurs de motos, voitures et camions, ainsi que dans les centrales d'alarme. Sa densité énergétique est faible (plus gros et plus lourd pour une capacité donnée) mais permet des courants de décharge intenses. Les batteries au plomb à electrolyte gélifié partagent des caractéristiques similaires mais comme ça ne risque pas de couler, la batterie peut être dotée d'une enveloppe de protection moins robuste et peut être installée dans n'importe quelle position.

Caractéristiques générales
Tension nominale d'un élément : 2,0 V ou 2,1 V
Nombre de cycles charge / décharge : 50 à 500
Aucun effet mémoire.

Conseils charge / décharge
Charge sous courant continu de valeur non critique, par exemple C/100 ou C/10 (C étant la capacité nominale). L'important est que la tension aux bornes d'un élément ne dépasse pas 2,40 V à une température ambiante de 25 °C.
Type de charge conseillé : charge à courant constant tant que la tension aux bornes d'un élément ne dépasse pas 2,35 V, puis charge à tension constante avec un courant tel que la tension de 2,35 V ne soit pas dépassée (on peut parfois lire dans certaines recommandations que le passage en charge à tension constante peut de préférence s'effectuer un peu avant cette valeur de 2,35 V). En théorie, le courant s'auto-régule avec la batterie sous tension constante (plus la tension monte, plus le courant baisse).
Quelque soit le type de charge adopté, il est recommandé de ne pas dépasser un courant de charge de C/10.
Pour une charge d'entretien, la tension par élément doit être maintenant à un maximum de 2,3 V.
Elément déchargé = 1,8 V (ou moins). Une batterie de 12 V est considérée comme déchargée si sa tension est de 10,8 V (6 * 1,8 V).
La profondeur de décharge ne doit pas dépasser 80% (20% de charge restante).
Si une décharge complète à lieu, la recharge doit impérativement être assurée dans les 48 heures, sous peine de dégradation irréversible de la batterie.

Batteries Ni-Cd (Nickel-Cadmium)

Ces accus, qui étaient très répendus ces dernières années, ont été progressivement remplacés par des accus Ni-MH.

Caractéristiques générales
Tension nominale d'un élément : 1,2 V (pack de 2 éléments => 2,4 V, pack de 4 éléments => 4,8 V, pack de 10 éléments => 12 V, etc)
Nombre de cycles charge / décharge : 100 à 1000
Pointe de courant de décharge supportées : 100 fois le courant nominal.
Décharge naturelle très rapide (20% par mois).

Conseils charge / décharge
Charge conseillée par certains fabricants de chargeurs : entre 0,3x et 1,0x la capacité nominale (par exemple entre 600 mA et 2 A pour un accu 2000 mAH). En cas de doute, charge à C/10 pendant 10 à 14 heures.
Ce type de batterie possède ce qu'on appelle un effet mémoire, qui impose le stockage (période de non utilisation) dans un état déchargé (tension d'élément à 1,0 V).
La tension d'un élément ne doit pas descendre en dessous de 1,0 V.
La fin de charge est détectée par une inversion du sens de l'évolution de la tension aux bornes de la batterie. Un chargeur intelligent est capable de voir cette inversion de sens et d'arrêter la charge à ce moment.
Un chargeur doté de cellules de charge indépendantes (une cellule de charge par accu et non une pour deux accus à mettre en série) est très fortement recommandé.

Batterie Ni-MH (Nickel-Metal Hydrure)

Ce type d'accu remplace avantageusement les accus Ni-Cd.

Caractéristiques générales
Tension nominale d'un élément : 1,2 V (pack de 2 éléments => 2,4 V, pack de 4 éléments => 4,8 V, pack de 10 éléments => 12 V, etc)
Nombre de cycles charge / décharge : 100 à 1500
Effet mémoire quasi-nul.
Décharge naturelle rapide (15% par mois) pour les modèles grand public standard. Décharge naturelle assez lente (20% à 30% par an) pour les modèles "spécifiques faible auto-décharge".

Conseils charge / décharge
Charge conseillée par certains fabricants de chargeurs : entre 0,3x et 1,0x la capacité nominale (par exemple entre 600 mA et 2 A pour un accu 2000 mAH). En cas de doute, charge à C/10 pendant 10 à 14 heures.
Tension max de 1,6 V par élément.
Comme pour les accus Cd-Ni, un chargeur doté de cellules de charge indépendantes (une cellule de charge par accu et non une pour deux accus à mettre en série) est très fortement recommandé. En outre, le chargeur doit être doté d'une mesure de température pour stopper la charge en cas de surchauffe de l'accu en charge (un échauffement exagéré réduit la durée de vie de l'accu).
La charge rapide (à courant de charge élevé) est tolérée mais il est fortement déconseillée de la pratiquer systématiquement. Elle réduit en effet la durée de vie des accus d'une manière assez conséquente. A n'utiliser de préférence qu'en cas d'urgence.

Batteries Li-Ion (Lithium-Ion) et Li-Po (Li-Poly, Lithium-ion-Polymère)

La technologie Li-Ion et Li-Po, largement utilisée dans le domaine du modélisme et des appareils portable (smartphone par exemple), permet d'obtenir des batteries de faible poids et de formes variées (format carte de crédit par exemple). D'un point de vue sécurité, la Li-Po est plus sûre que les Li-Ion. En contrepartie, sa densité de charge est moindre que celle des Li-Ion et elle coûte plus cher, et le nombre de cycles charge/décharge est moindre. Ce type d'accu est fort similaire au Li-Ion, la différence principale réside dans le fait que pour le Li-Po, l'électrolyte se trouve dans un gel polymère (à priori ça ne peut pas couler, on peut faire l'analogie avec les batteries au plomb à électrolyte gélifié).

Caractéristiques générales
Tension nominale d'un élément : 3,6 V ou 3,7 V (pack de 2 éléments => 7,4 V, pack de 3 éléments => 11,1 V, etc)
Nombre de cycles charge / décharge : 30 à 300 (durée de vie estimée à 2 ou 3 ans quelque soit le nombre de cycles pour les modèles grand public, 12 à 15 ans pour les modèles industriels utilisés dans les domaines de la sécurité et de l'aéronautique).
Aucun effet mémoire.

Conseils charge / décharge
Contrairement aux batteries Ni-Cd, ce type de batterie apprécie moins les cycles de décharge/charge complets.
Charge à courant constant jusqu'à 75..80% de la charge, puis ensuite à tension constante. Au cours de la seconde partie de la charge, l'intensité diminue au fur et à mesure que la tension de la batterie augmente. Pour cette raison, la durée de la seconde partie de la charge peut prendre plus de temps que la première partie (par exemple 2 heures). La tension de fin de charge d'un élément est de 4,1 V (si tension nominale de 3,6 V) ou de 4,2 V (si tension nominale de 3,7 V).
Il n'est pas conseillé de remettre en charge une batterie qui possède encore plus de 50% de son énergie, pour la compléter. En effet, le début de la charge se fait à courant constant et la valeur du courant, qui convient pour un début de charge sur batterie déchargée, ne convient pas forcément pour un accu encore bien chargé (ça peut même être dangeureux dans certains cas, risque d'explosion). 
Il n'est pas indispensable de charger la batterie à 100% de sa charge, on peut très bien commencer à l'utiliser avec une charge à 90%. Certains utilisateurs pensent qu'une charge à 100% est même déconseillée (fin de charge à 4,15 V).
Ne jamais décharger la batterie complètement, et éviter de descendre au-dessous de 20..25%. Une décharge profonde (inférieure à 5%) conduit à une diminution irrémédiable de la durée de vie de la batterie. La tension d'un élément ne doit pas descendre en-dessous de 2,5 V, seuil critique au-dessous duquel l'élément est détruit. En pratique et pour garder de la marge, la tension minimale est fixée à 3,0 V.
Ces dernières recommandations impliquent une utilisation de la batterie à 70% de sa capacité nominale...
Ne pas utiliser la même batterie deux fois dans la même journée (un seul cycle de décharge / recharge par jour au maximum).
Dès réception de la batterie, effectuer 3 ou 4 cycles de charge-décharge pour la "préparer" et bénéficier ensuite d'un nombre important de cycle de charge / décharge.
Recharger la batterie au moins une fois par mois. Sinon la tension de la batterie peut descendre en-dessous d'un seuil qui l'empêcherait de se recharger correctement.
Le nombre de cycles de charge peut largement varier selon le respect apporté aux points énumérés ci-avant. Une batterie bien utilisée peut soutenir 200 ou 300 cycles de décharges, alors que mal utilisée le nombre de cycle peut chuter à 50. Mieux vaut donc prévoir deux foix plus de batteries utilisées à 70% de leur capacité nominale qu'un seul jeu utilisé à 100%. C'est bien sûr un surcoût à l'achat, mais sur le long terme on est largement gagnant.

Protections (thermique et surintensité)

Certaines batteries sont dotées d'une protection qui coupe la partie "énergie" des connecteurs électriques en cas de problème (surchauffe liée à une surintensité par exemple) lors de la charge ou de son utilisation normale. Dans certains cas, la protection reste en vigueur jusqu'à ce qu'une "manipulation spéciale" soit opérée. Cette "manipulation spéciale", quand elle est mal faite, est parfois dangeureuse. Je ne donne aucun détail sur les pratiques en cours, c'est assez détaillé sur la toile... notamment dans les forums des utilisateurs.

Technologie I3C (In Cell Charge Control)

Certaines batteries (Li-Ion et Li-Po par exemple) intègrent un circuit électronique qui assure la régulation du courant de charge et qui contrôle en permanence la température. Une mauvaise maîtrise du courant de charge peut en effet conduire à l'explosion de l'élément, et les fabricants préfèrent (on les comprend) inclure un système de contrôle et de protection qui correspond vraiment au type de batterie. Avec ce type de batterie, un chargeur "standard" peut être utilisé, du moment qu'il est en mesure de fournir la tension et le courant requis pour une charge correcte (il faut bien sûr une intensité de courant minimale et une tension pas trop élevée). On imagine sans peine que ce déport d'intelligence du chargeur vers la batterie fait basculer le coût de fabrication et de vente : la batterie devient intelligente et coûte plus chère, le chargeur devient plus "bête" et coûte moins cher. En même temps, les batteries "à risque" présentent moins de danger pour l'utilisateur lambda.

Protection dans les Li-Ion
Circuit électronique inclus dans la batterie elle-même qui assure la surveillance de plusieurs paramètres.

Batteries communicantes

Les batteries installées dans les smartphones, ordinateurs portables, caméras et autres ustensiles nomades sont quasiment toutes dotées d'un système de communication qui permet de transmettre des informations à l'appareil qui les sollicite. Le type de dialogue le plus commun et normalisé est sans doute le SBS via un bus de type SMBUS (idem bus I2C mais avec des seuils logiques électriques un peu différents). J'ai eu l'occasion de travailler sur un tel bus pour le développement de systèmes de mesure et de gestion de batterie Li-Fe et Li-Ion (exemple en page Indicateur batterie 007) et ai même eu le plaisir de goûter aux joies des chargeurs intelligents et programmables de type BQ24725.

Comparaison accus / piles

En terme d'autonomie et en raison du nombre élevé de contextes d'utilisation (valeur du courant d'appel et du courant nominal, usage intensif ou ponctuel, température ambiante, etc), il est difficile sinon impossible d'établir une comparaison pertinente entre piles et accus. Certains appareils consomment un courant élevé mais peuvent fonctionner avec une tension "faible", alors que d'autres appareils peu gourmants en courant peuvent ne plus fonctionner dès que la tension d'alimentation chute "trop". On peut toutefois dire ceci - en terme d'autonomie seulement, et en excluant la notion du coût de revient sur une longue période d'utilisation :
- Si le courant de décharge est élevé et que l'appareil peut fonctionner avec une tension d'alimentation "faible", alors les batteries peuvent être conseillées et donner une bien meilleure autonomie que les piles.
- Si le courant de décharge est faible mais que l'appareil ne peut pas fonctionner avec une tension d'alimentation "faible", alors les piles peuvent offrir une autonomie plus grande et peuvent être conseillées.
Dans certains cas "extrêmes", certains appareils peuvent ne pas fonctionner correctement avec des piles ou des accus :
- si la tension minimale d'alimentation (de fonctionnement) de l'appareil est supérieure à la tension nominale des accus, usage obligatoire de piles.
- si l'appareil doit consommer un courant élevé sur la durée, usage obligatoire d'accus (ou à la limite de piles de haute qualité).

Liens utiles

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accumulateur_lithiumhttp://www.ni-cd.net
http://electrofly.free.fr/
http://www.ni-cd.net/accusphp/index.php
http://www.editgrid.com/user/math466/Capacit%C3%A9_accus

Historique

03/02/2013
- Ajout infos "reconditionnement d'accus à performances dégradées".
- Ajout lien utile vers cd-ni.net.
27/01/2013
- Première mise à disposition