Electronique > Réalisations > Alimentations > Alimentation THT 001

Dernière mise à jour : 03/03/2008

Voir ausi Alimentations THT - Bases

Présentation

Cette alimentation produit une tension de quelques 5000 volts à vide, à partir de la tension 230 Vac du secteur. Son usage premier est la production d'ions négatifs, par le bais de petites "antennes" pointues.

Avertissement

Les explications données ici s'adressent à des personnes ayant déjà une certaine connaissance de l'électronique, et devraient être assez claires. Cependant, si vous avez le moindre doute, ne tentez rien ! Je décline toute responsabilité en cas de problèmes résultant de mauvaises manipulations ! Il est question ici d'élements branchés directement sur le secteur 230V qui est très dangeureux, et produisant une tension élevée, qui si elle n'est pas forcement toujours dangeureuse, peut néanmoins être très désagréable et choquante. Les précautions d'usage s'appliquent avant toute intervention.


Schéma

Le schéma montre un ensemble de cellules diodes / condensateurs montées en série, chaque cellule augmentant la tension d'environ 300 V.

alim_tht_001

La tension de 230 Vac appliquée à l'entrée du multiplicateur de tension, est progressivement augmentée par chaque cellule diodes / condensateurs. Elle finit par atteindre une valeur d'un peu plus de 5000 V sur l'anode de la dernière diode (D16). La montée en tension est progressive, du fait que les condensateurs sont déchargés au moment de la mise sous tension : la tension de 5000 V est obtenue au bout de quelques secondes.

Peut-on toucher les pointes de touches ?

Du fait même que le montage est relié au secteur, il est hors de question de toucher à quelque partie du montage que ce soit lorsqu'il est raccordé au secteur 230 V. Ceci dit, les pointes de diffusion des ions négatifs doivent être exposées hors du coffret qui habille le montage, sinon l'interêt du système est fortement limité. Que se passe-t-il donc si l'on touche les pointes portées au potentiel de -5 KV ? En fait, on ressent un simple picotement, dont la force dépend de la vitesse et de la force avec laquelle on a touché lesdites pointes. Le corps humain présente en effet une résistivité ohmique qui se comporte quasiment comme un court-circuit s'il se trouve connecté entre la masse et la sortie du montage, et en cas de contact direct, la tension de sortie s'écroule complètement. Cela n'empêche pas que le contact n'est pas forcement très agréable (au moment même de la décharge des condensateurs dans le corps), il dépend de la sensibilité de chacun. Les huit résistances de 2,2 MO montées en série avec la sortie THT diminue le courant de sortie en cas de contact accidentel. Notez que l'emploi d'une seule résistance de valeur plus élevée n'est pas recommandée, car en cas de court-circuit en sortie, elle se verrait appliquer sur ses bornes une tension bien trop élevée, ce qui la vieillirait prématurement si elle ne claquait pas immédiatement.

Peut-on mesurer la tension de sortie ?

Oui, à condition évidement de posséder un voltmètre capable de supporter une tension d'entrée aussi élevée. Penser à la résistance d'entrée du voltmètre, qui, combinée à la résistance interne de l'alimentation THT, forme un pont diviseur de tension, occasionnant inévitablement une chute de tension et une lecture erronée (elle n'est en fait erronée que si vous lui faite confiance à 100 %). Par exemple, si vous utilisez un voltmètre à aiguille possédant une résistance d'entrée de 20 Kohms / volt, et que la gamme utilisée est la gamme 5 KV, la résistance d'entrée du voltmètre est alors de 100 Mohms. Cette résistance interne est élevée, mais comme la résistance interne de l'alim est également élevée, la tension effectivement mesurée pourra n'être que de 3000 volts. Avec un voltmètre numérique, la tension lue doit être comprise entre 4500 V et 5000 V. Il est également possible d'effectuer une mesure de champs électrique, avec un mesureur à FET ou à tube électronique, la deuxième solution pouvant être préférée du fait d'une plus grande robustesse (un transistor FET peut claquer assez vite s'il est soumis à un champs électrique trop important, le tube quant à lui ne claquera pas).

Réalisation

Avec une tension de 5000 V, l'air ne fait pas un très bon isolant. Des étincelles peuvent se produire sur une distance de plusieurs mm. Il est donc impératif qu'une distance minimale soit respectée entre l'entrée et la sortie de chaque cellule multiplicatrice. Cette distance minimale est de 10 mm, tenez-en bien compte lors de l'assemblage des composants !