Electronique > Réalisations > Alimentations > Régulation simple pour moteur 001

Dernière mise à jour : 01/01/2007

Présentation

Cette réalisation très simple, destinée à permettre la variation de la vitesse d'un petit moteur à courant continu, est loin de ce qui se fait de mieux. N'utilisez pas ce montage pour un moteur dont le courant nominal est élevé, car le rendement n'est pas assez bon. Pour un moteur de puissance moyenne ou forte, il est fortement recommandé d'opter pour un régulateur dont le principe est basé sur le découpage de la tension d'alimentation, et sur l'ajustage de la largeur d'impulsion des crénaux (MLI, Modulation à Largeur d'Impulsion ou PWM, Pulse Width Modulation), dont le rendement et la souplesse de réglage sont bien meilleurs. Considérez le montage qui suit plus comme un montage d'initiation qu'autre chose, et soyez bien conscient qu'il peut très bien ne pas vous apporter satisfaction. Pour de meilleurs performances, préférez un montage à modulation de largeur d'impulsion, tel que le montage Régulateur simple pour moteur 002.

Schéma

Difficile de faire plus simple...

Regulateur moteur simple 001a

Le potentiomètre, monté ici en classique diviseur de tension, permet de prélever une fraction plus ou moins importante de la tension d'alimentation (de 0V à la tension de l'alim). Comme il n'est pas possible (ou tout du moins pas conseillé du tout) de relier le moteur directement aux bornes du potentiomètre, un transistor (Q1) a été ajouté. Ce dernier fait office de "tampon", en amplifiant le courant qui transite sur la base pour le restituer "renforcé" sur son émetteur. Comme le courant de base est faible, il est possible d'utiliser un potentiomètre de valeur plus élevée (sans le transistor, le potentiomètre ne devrait faire que quelques dizaines d'ohms et présenter une puissance dissipable importante). Le transistor à employer devra être de type moyenne puissance (tel le 2N1711). Un transistor faible puissance de type 2N2222 ou BC107 ne supporterait peut-être pas le choc à vitesse de moteur réduite.

Besoin de plus de puissance (courant) ?
Vous pouvez rajouter un second transistor de forte puissance monté en darlington avec le premier, tel que le montre le schéma suivant :

Regulateur moteur simple 001b

Vous augmentez ainsi la capacité en courant. Mais sans vouloir insister, ce type de montage, qui présente de fortes pertes, n'est vraiment pas conseillé pour un usage durable, surtout si le courant débité est de quelques ampères. Mais le mieux est de prendre un exemple pratique.

Considérons que la charge présente une résistance (je ne parle pas d'impédance volontairement) de deux ohms, et que la tension d'alim à l'entrée du montage est de 12V.
- Si le potard est en position 2/10ème de tours, on aura grosso-modo une tension de 2,2V sur le curseur, et environ 0,8V sur la charge, pour un courant approximativement égal à 0,4A. Chute de tension entre E et C du second transistor : 11,2V. Puissance dissipée par ce transistor : 11,2 x 0,4 = 4,5W.
- Si le potard est en position 5/10ème de tours, on aura grosso-modo une tension de 4,2V sur le curseur, et environ 2,6V sur la charge, pour un courant approximativement égal à 1,3A. Chute de tension entre E et C du second transistor : 9,4V. Puissance dissipée par ce transistor : 9,4 x 1,3 = 12,2W.
- Si le potard est en position 10/10ème de tours (à fond), on aura grosso-modo une tension de 12V sur le curseur, et environ 9V sur la charge, pour un courant approximativement égal à 4,4A. Chute de tension entre E et C du second transistor : 3,2V. Puissance dissipée par ce transistor : 3,2 x 4,4 = 14W.
Comme vous le voyez, on a perdu 3V en cours de route à cause de la résistance dynamique E-C du transistor de puissance, et une dissipation thermique qui peut atteindre 14W, ce qui n'est pas négligeable du tout !

Circuit imprimé

Non réalisé.