Publications > Jeunesse > Pazélégante et la maladie rose

Dernière mise à jour : 16/06/2018
Statut : Texte terminé - En attente d'illustration 

livre_jeunesse_pazelegante_et_la_maladie_rose_couverture_001_tn

Zoom couverture
Pazélégante et la maladie rose



Synopsis :
La maladie rose s'abat sur un village de sorcières et les empêche de faire peur aux enfants. La sorcière Pazélégante, qui convoite le poste de Tromole la Grande Sorcière, décide de prendre la situation en main.

Pazélégante et la maladie rose (extraits)

Arrivée au bout de la Rue des Veuves Noires, Pazélégante entendit des rires stridents qui venaient de sa gauche, et plus précisément de la maison de la sorcière Padrôle, qu’elle connaissait bien. C’était des rires horribles, qui ressemblaient à des rires d’enfants. Ca donnait la chair de loup. Pazélégante s’arrêta net, le cœur vrillé comme les ailes d’un corbeau-apéritif. Elle tourna la tête et fut le témoin d’une vision d’apocalypse. La sorcière Padrôle, le nez collé à sa fenêtre, rigolait comme une folle. Rire était interdit depuis la nuit des temps, et personne ne l’ignorait. Mais la pauvre sorcière Padrôle avait attrapé la maladie rose, et elle rigolait sans cesse, sans pouvoir se contrôler. Quand elle vit la fameuse sorcière ministre Pazélégante en plein milieu de la route sans son balai de fonction, elle rigola de plus belle et se mit à tourner sur place comme une tornade. 
...
Tromole la Grande Sorcière, la très grande chef du village (par le nom, souvenez-vous) monta sur la scène en bombant le torse, et regarda autour d'elle. Ne trouvant pas ce qu’elle cherchait, elle piqua une colère folle, tapant des pieds et se roulant par terre. Sur le moment, l’assemblée se demanda ce qui lui arrivait. Mais la cause de sa colère fut vite établie : on avait oublié d’apporter son rehausseur. Heureusement que sa confidente Aboud-Bra, qui la suivait partout dans ses déplacements, eut la présence d’esprit de se mettre à quatre pattes sur la scène pour remplacer le rehausseur. La Grande Sorcière se calma et monta sur son dos. Elle fit un majestueux signe de la tête, et les haut-parleurs en forme de dragon se turent avant de se liquéfier en faisant un bruit de chasse d’eau. Puis elle tendit une main ouverte sur le côté, attendant qu’on lui apporte le dossier complet de la maladie rose qu’elle avait réclamé.
...
Alors la sorcière GPS attrapa à pleine main la grosse tige du pissenlit et tira de toutes ses forces en arrière. Au terme d'un terrible effort, la tige lâcha et la sorcière roula par terre avec son pissenlit dans la main. Mais la racine de la fleur était toujours à sa place. La sorcière Pazélégante recula vivement. Dans les secondes qui suivirent, on entendit comme un gémissement. La racine du pissenlit se mit à grandir, avec plein de petites tiges très fines qui poussaient à la vitesse de l'éclair. Les petites tiges grandirent, grandirent encore, et dépassèrent en hauteur tous les autres pissenlits. Elles tournaient dans tous les sens, puis d'un seul coup elles se ruèrent sur la sorcière qui avait porté Pazélégante sur son dos, car c’était la plus proche. Celle-ci poussa un cri déchirant, mais il était trop tard. Les petites tiges l'avaient attrapée, et elle ne pouvait plus se sauver. La pauvre sorcière fut aspirée d'un coup par la racine et se transforma en un superbe pissenlit d’un jaune-vert éclatant. Tout cela n’avait duré que quelques secondes. Pazélégante était bien embêtée. Elle se demandait qui allait la porter au retour. 
...

Avertissement

Texte terminé, en attente d'illustration (couverture montrée ici provisoire).
Ce texte a fait l'objet d'un dépôt de paternité auprès de l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) et auprès de CopyrightFrance.

Textes déposés - copyrightfrance_7MY54C7-1