Publications > Nouvelles et romans > Les nouveaux voisins (roman)

Dernière mise à jour : 27/04/2017
Statut : En seconde relecture

L'histoire...


livre_nouveaux_voisins_couverture_001_tn_3 Tess tient une boutique de canevas, et vit avec ses enfants et petits enfants. Quand de nouveaux arrivants s'installent dans la maison abandonnée située à côté de la sienne, les deux familles tissent rapidement des liens. Mais rapidement des évènements étranges se produisent, et les habitants du village, qui n'ont pas oublié les drames passés dans la vieille maison, y voient un mauvais présage...

ISBN (livre papier) : 979-10-92039-40-5
ISBN (eBook) : 979-10-92039-41-2


Publication prévue en 2017.

Les nouveaux voisins (extraits)

- C’est très gentil de ta part, Victor. Mais vois-tu, ce n’est pas à toi de résoudre ce problème. C’est une affaire d’adulte.
Tess et Antoine pensaient la même chose. Mais en même temps, ils se demandaient bien quel adulte pourrait résoudre cette affaire.
- Et toi Paul ? As-tu déjà une idée de ce que tu veux faire quand tu seras grand ?
- Oui, je réparerai des appareils. Comme mon papa. Il m’a déjà appris des tas de trucs.
- Oh, très bien ! Et que sais-tu réparer, par exemple ?
- Les siphons !
- Les siphons ?
- Bah oui, sous les éviers, il y a un siphon ! Et bien quand il est bouché avec des haricots ou des feuilles de salade, on le démonte et on le nettoie. Mais il ne faut pas oublier la cuvette en dessous !
- Mais c’est super ça, dis donc ! Deux bricoleurs sous le même toit... Quelle chance elle a, ta maison ! Hum, et si on avait un problème de siphon chez nous, tu accepterais de nous dépanner ?
Paul fit la moue.
- Je ne sais pas. Mon papa ne veut pas que j’aille seul avec des inconnus.
Mathilde se redressa sur son pouf.
- Je suis tout à fait d’accord avec ton papa, Paul !
Elle se servit une pleine poignée de biscuits.
- Mais nous ne sommes plus des inconnus, maintenant.
-----------------------------------------------------------------------------------------------
- Je crois qu’on a fait le tour, dit-il en arrivant au bout de l’allée.
- En effet, dit Tess.
L’homme, qui ne pouvait se décider, regarda autour de lui. Son regard s’arrêta sur une caisse en bois posée au sol, à côté du poêle sur lequel était posé le vieux poste de radio. Sur la caisse, une feuille jaunie indiquait « 40 francs/pièce ».
- Et ceux-là, vous les vendez aussi ?
Tess s’approcha de la caisse des canevas ratés.
- Ca m’étonnerait que vous trouviez votre bonheur, ce sont les invendables. D’ailleurs, je ne sais même plus ce qu’il y a  là-dedans. La seule chose dont je suis sûre, c’est qu’ils sont pleins de poussière.
L’homme s’approcha de la caisse en bois et se retrouva ainsi juste à côté de Tess, qui s’écarta.
- En effet, c’est poussiéreux. Je peux ?
Tess haussa les épaules.
- Le client est roi...
Il se baissa et se mit à fouiller, avec suffisamment de délicatesse pour ne pas mettre de la poussière partout. Tess le laissa faire, se disant qu’il était tout de même un peu farfelu. Il y avait sur les tables plus de 200 canevas propres et lumineux, et lui fouillait dans une caisse vieille de plusieurs années.
...

Avertissement

Illustration sous copyright Rémy Mallard.
Ce texte a fait l'objet d'un dépôt de paternité auprès de l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) et auprès de CopyrightFrance.

Textes déposés - copyrightfrance_7MY54C7-1