Publications > Nouvelles et romans > Les nouveaux voisins (roman)

Dernière mise à jour : 19/04/2018
Statut : Terminé

L'histoire...


livre_nouveaux_voisins_couverture_001_tn_4 Tess tient une boutique de canevas, et vit avec ses enfants et petits enfants. Quand de nouveaux arrivants s'installent dans la maison abandonnée située à côté de la sienne, les deux familles tissent rapidement des liens. Mais rapidement des évènements étranges se produisent, et les habitants du village, qui n'ont pas oublié les drames passés dans la vieille maison, y voient un mauvais présage...

ISBN (livre papier) : 979-10-92039-40-5
ISBN (eBook) : 979-10-92039-41-2


Publication prévue en 2018.
Scénarisation prévue pour 2019-2020.

Les nouveaux voisins (extraits)

Ces trois-là allaient se revoir souvent, c’était évident. Tess regarda ensuite Victor et Paul. Des enfants adorables, qu’elle aimait beaucoup. Mais ils grandissaient. Ils grandissaient comme avaient grandi Antoine et Arnaud. Comme elle-même avait grandi. Bientôt, ils deviendraient des adultes, et à leur tour ils devraient prendre des décisions et endosser des responsabilités. Et elle, pendant ce temps...
- Tess ?
Tess sursauta et se tourna vers Xavier.
- Excusez-moi.
- Je disais que Cédric a l’air drôlement content avec ses nouveaux copains. Il n’avait pas eu l’occasion de jouer avec des enfants de son âge depuis bien longtemps.
- Ah oui ? Même pas à l’école ?
Mathilde revint à ce moment avec dans les mains un grand bol en céramique, une cuillère en bois posée dessus. Elle posa le bol au centre de la table et tendit la cuillère à son mari.
- Attention, dit-elle en s’adressant à tout le monde. C'est très chaud.
Puis en frottant les mains sur ses hanches, ce qui fit tiquer Tess car la femme en bleu n’avait pas mis de tablier pour protéger sa robe, elle ajouta.
- Là où nous étions avant, il n’y avait pas d’école.
Victor et Paul s’arrêtèrent aussitôt d’écouter ce que leur racontait Cédric, et demandèrent tous deux en même temps.
- Ca existe ?
Mathilde les regarda à tour de rôle.
- Bien sûr que non. Je plaisantais.
-----------------------------------------------------------------------------------------------
La nouvelle se répandit rapidement. La boutique de canevas avait été ouverte un samedi, et dans un but douteux. Au moment où Tess et Harry y étaient entrés, Marthe la femme bouledogue se trouvait à l'angle de la rue d'où on pouvait voir la vitrine. Celle qui aimait qu’on l’écoute avait tout naturellement stoppé sa marche, justifiant sa pause par quelques regards en direction du trottoir, à la recherche d’un imaginaire objet perdu. Elle avait vu le store se lever puis se refermer quelque minutes plus tard, et en avait tiré la conclusion qui s’imposait. Durant trente minutes, elle avait sillonné les rues du village pour partager l’inénarrable avec le maximum de passants. Mais il était encore trop tôt, et elle n’avait croisé qu’une seule personne qui revenait de la boulangerie.
- Je suis sûre que ce coureur de jupons est de mèche avec ceux qui se sont installés dans la vieille maison, affirma Marthe. Difficile de résister, quand on n'a que quelques pas à faire. Mon Dieu qu'il fait chaud.
Elle sortit un mouchoir de sa poche.
- Enfin, je n'en suis pas tout à fait sûre. Mais tout de même. Il a bien une tête à vivre avec des araignées.
Elle s'épongea le front, puis roula son mouchoir et l’essora de toutes ses forces, visiblement déçue qu’il n’en sorte aucune goutte.
- Il n'aura pas fallu longtemps pour que le trouble revienne dans notre si paisible village, poursuivit-elle.
Elle déroula le mouchoir et le posa sur sa tête pour le faire sécher au soleil. Elle dit enfin, d'un air navré.
- Et son chapeau est d’un ridicule ! On le croirait venu d'une autre planète.
...

Avertissement

Illustration sous copyright Rémy Mallard.
Ce texte a fait l'objet d'un dépôt de paternité auprès de l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) et auprès de CopyrightFrance.

Textes déposés - copyrightfrance_7MY54C7-1